Nanocapsulation

Antonio Fiori : Le football, une mission de service public en péril

Spread the love

Les deux systèmes marchent parallèlement, se développent, se perfectionnent et se dégradent ensemble. Étant donné que les entreprises exploitent de plus en plus les technologies numériques Big Data, ce nouveau monde numérique crée un besoin encore plus important en stratégie intégrée de gestion de l’information. Les grands GAGNANTS seront les valorisations américaines et, ce, d’autant que la corrélation entre le niveau du dollar et les performances boursières est très différente que celle que connaît le Japon avec son Yen. Cette partie de l’optique n’a point changé quand la théorie de l’émanation des particules lumineuses a fait place à celle des vibrations de l’éther : seulement on a dû recourir à d’autres explications pour rattacher ces lois géométriques, d’où dépend la forme du phénomène, aux notions postérieurement acquises sur la constitution physique de la lumière, ou sur la nature même du phénomène. Cette loi est difficilement applicable dans le domaine du numérique, mais reste un frein pour le développement des laboratoires de recherche industriels. Ils seront des compléments naturels des imprimantes 3D. Ils avaient de grands projets, et, chose digne d’être notée, ils furent tout de suite encouragés par un mouvement d’opinion. Et des faits, au moins des promesses, venaient appuyer cette audacieuse affirmation. Alors que l’une considère ces derniers comme majoritairement rationnels (même s’ils ne peuvent tirer profit d’une quelconque prévision de prix), l’autre admet la présence sur les marchés d’un grand nombre d’investisseurs irrationnels agissant simultanément et engendrant d’importantes anomalies de valorisation (sur ou sous-évaluation des prix de marché eu égard aux fondamentaux). La biodiversité terrestre et marine est aujourd’hui présentée comme une série d’anecdotes : des populations d’abeilles déclinantes, des loups dangereux pour les moutons, des thons rouges traqués par des pêcheurs avides, des méduses surabondantes et dangereuses pour les touristes, des salamandres en voie d’extinction bloquant la construction d’une autoroute… La liste est longue et relève plus des faits divers que d’une approche scientifique ou politique. Quand on vient dire à ses semblables :« Depuis cinq mille ans, il y a eu un malentendu entre Dieu et l’humanité ;Depuis Adam jusqu’à nous, le genre humain fait fausse route, et pour peu qu’il me croie, je le vais mettre en bon chemin ;Dieu voulait que l’humanité marchât différemment, elle ne l’a pas voulu, et voilà pourquoi le mal s’est introduit dans le monde. L’image est un état présent, et ne peut participer du passé que par le souvenir dont elle est sortie. C’est ce que le progrès et les résultats concordants de la zoologie, de l’anatomie comparée, de l’embryogénie, de la paléontologie, ont mis depuis longtemps hors de doute, et ce qui reçoit, chaque jour, des nouvelles découvertes, une nouvelle confirmation. On ne nous dit pas que le primitif, voyant le vent courber un arbre, la vague rouler des galets, son pied même soulever de la poussière, fasse intervenir autre chose que ce que nous appelons la causalité mécanique. Ce potentiel est inégalement réparti, puisque sur les 54 pays africains, cinq seulement – Maroc, Sénégal, Rwanda, Afrique du Sud, Kenya – jouissent à ce jour d’une capacité prometteuse. On analyse, en effet, une chose, mais non pas un progrès ; on décompose de l’étendue, mais non pas de la durée. J’en ai visité plusieurs, des plus ignorés, des plus moyen-âge. Un dispositif dont le ministère de l’Ecologie vient de confirmer la continuité par un arrêté publié le 16 septembre. Mais quelques éléments factuels méritent au préalable d’être rappelés pour éviter que n’y prospèrent les idées reçues. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Celui qui assiste en spectateur voit clair, celui qui prend parti se laisse égarer ». Il n’en est pas ainsi de la « loi morale, » qui est supposée ne protéger qu’un principe, et qu’on se représente comme immuable, éternelle, impassible en quelque sorte : on ne peut être passible devant une loi impassible. De là un sens plus étroit du mot, le seul qui nous intéresse d’ailleurs au point de vue de la théorie du rire. L’objection qu’on fera probablement à cet argument, pourrait peut-être prendre la forme suivante. Elle implique et résume toutes les autres.

Archives

Pages