Nanocapsulation

Antonio Fiori : Cybercriminalité , les APT ou « l’Art de la Guerre » sur Internet ?

Spread the love

Une observation plus essentielle doit porter sur la forme négative de l’axiome. Le même phénomène habituel peut donc tour à tour, en vertu de l’attention ou de l’inattention, devenir conscient ou inconscient, être connu du Moi ou en rester ignoré. Et peut-être en est-il de même du refrain de bien des chansons : il s’obstine, il revient, toujours le même, à la fin de tous les couplets, chaque fois avec un sens différent. Elle est pour l’instant sans réponse organisée. Quand nous affirmons que le nombre est un, nous entendons par là que nous nous le représentons dans sa totalité par une intuition simple et indivisible de l’esprit : cette unité renferme donc une multiplicité, puisque c’est l’unité d’un tout. L’autre développement micro-usine est celui des robots industriels et humanoïdes. A l’heure actuelle, nombre de sociétés annulent leurs plans de stock-options, voire leur substituent des versements de primes « en cash », déductibles de leurs résultats. Et ne peut sauver sa propre croissance qu’en se transformant en réceptacle des capitaux des pays rentiers. Entre temps, il se permet de les juger, assure que l’Impérialisme anglais n’est que l’avant-coureur de la ruine pour la puissance britannique ; que la politique d’expansion inaugurée récemment par les États-Unis est une erreur, de conséquences incalculables ; et que l’Allemagne commit, en 71, une lourde faute en annexant l’Alsace-Lorraine. Nos entreprises ont vocation à devenir des ETI mais pourront-elles conserver les dirigeants qui ont assuré le développement de l’entreprise, si ces derniers font l’objet d’une fiscalité devenue pénalisante comme le PLF 2014 semble l’avoir acté pour les décideurs des grandes entreprises de ce pays ? Ceci posé, admettons que le soma puisse influencer le germen, comme on le croit quand on tient les caractères acquis pour transmissibles. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Quand on ne sait pas régler sa conduite, comment pourrait-on régler celle des autres? ». Car, en l’état, il ne fait guère de doute que les pépites françaises continueront se vendre à des acquéreurs dont le système fiscal permet aux vendeurs et aux dirigeants de continuer à être associés à la création de valeur! Si donc il était une fois bien démontré que, sous le régime de la liberté, les intérêts concordent et s’entre-favorisent, tous les efforts que nous voyons faire aujourd’hui aux gouvernements pour troubler l’action de ces lois sociales naturelles, nous les leur verrions faire pour laisser à ces lois toute leur puissance, ou plutôt ils n’auraient pas pour cela d’efforts à faire, si ce n’est celui de s’abstenir. Autant vaudrait croire que, pour parler, nous allons chercher des mots que nous cousons ensuite ensemble au moyen d’une pensée. Le faible appétit des agents économiques pour le risque économique n’est probablement pas le résultat de la peur seule, du moins pas dans le sens d’une angoisse semblable au trac des acteurs. Est-ce que les actes de terrorisme sont une menace contre les « intérêts publics » de la France, pour reprendre les termes même du texte législatif ? Dans la perception concrète la mémoire intervient, et la subjectivité des qualités sensibles tient justement à ce que notre conscience, qui commence par n’être que mémoire, prolonge les uns dans les autres, pour les contracter dans une intuition unique, une pluralité de moments. Au point de vue social, la sanction vraiment rationnelle d’une loi ne pourrait être qu’une défense de cette loi, et cette défense, inutile à l’égard de tout acte passé, nous la verrons porter seulement sur l’avenir. Par la place qu’il occupe à tout instant dans l’univers, notre corps marque les parties et les aspects de la matière sur lesquels nous aurions prise : notre perception, qui mesure justement notre action virtuelle sur les choses, se limite ainsi aux objets qui influencent actuellement nos organes et préparent nos mouvements. Si la chose C n’existe qu’en raison du concours des choses A et B, on s’exprimerait mal en disant que chacune des choses A et B, prise à part, est une raison insuffisante de C ; mais on doit dire que le concours des choses A et B est la raison d’existence, la raison objective, ou tout simplement la raison de la chose C.

Archives

Pages